Garage Molinari (Litterature d'Amerique) (French Edition)

Jean-Francois Beauchemin


La vie passe comme un murmure, ou dans un grand fracas, c'est selon les jours. Pour Jérôme, ce qui frappe surtout c'est le rire des gens qui déambulent sous les fenêtres, le vacarme des trains qui entrent en gare, ce sont les jurons des ouvriers qui déchargent les wagons, le bruit des insectes le soir venu, les oiseaux qui se trompent dans les notes. Mais c'est aussi le silence des nuits, de la mort et celui de Dieu. C'est tout cela, c'est ce souffle de l'existence, cette petite musique non traduite que Jérôme transpose en mots dans le récit de sa patiente quête.

Un regard trouble sur le monde, une histoire où les personnages pressentent, au fil des jours et chacun à sa façon, l'intermittente mais féconde proximité du bonheur.

Show sample text content

Download sample